Bec Charvet, grand huit de Pravouta

Panorama ChartreuseBec Charvet, grand huit de Pravouta.
Une semaine que la neige tombe, une semaine à contenir les skis : ça gigote, ça cogne, ça hurle dans le placard…
C’est décidé ce week-end : on libère les Chevaux !
Chute de neige importante, vent violent, température assez basse font que notre choix se porte sur la Chartreuse. Avec ses forêts et ses sommets peu élevés, les risques nivologiques  nous paraissent moins élevés en Chartreuse que sur d’autre secteur.
Départ 7h00 de Lyon à deux, les autres (ils se reconnaitront…) nous ayant lâchement abandonnés.
Arrivée Perquelin vers 8h30. Malgré plusieurs tentatives, l’accès au parking ne sera pas possible.
On s’embourgeoise, nos voitures font comme nos tours de ventre, elles s’élargissent…et du coup, ça grimpe moins bien dans les côtes !
Pas grave, avec l’accord d’un local ( l’avait pas un banjo mais une pelle à neige…) on laisse la voiture dans le village sur le bord de la route.
Départ 9h00, avec 3 autres Lyonnais et un surfeur en raquettes qui fait son possible pour nous doubler car « il veut faire la descente en premier ».




Montée tranquille jusqu’au col des Ayes.








A la sortie du bois, on découvre une pente soufflée, neige trafollée jusqu’au premier sommet de la journée « Pravouta ».
Les 3 Lyonnais et le surfeur choisissent de redescendre vu les conditions (brouillard à couper au couteau).
François ne veut rien entendre….on redescend (au pifomètre de précision dans une neige pourrie (et rare) au début, puis évoluant vers une poudreuse de rêve par la suite…
Dans la descente, on fait la rencontre de racketteurs (pas du fisc…) qui nous déconseille Bec Charvet : Le père François ne veut rien entendre, un guedin je vous dis !
Beau temps au bec Charvet

On continue par la remontée (physique, pénible, en un mot « merdique ») jusqu’au Bec Charvet. Visibilité nulle, neige correcte mais descente dans les arbres rendues difficile par pleins d’arbres renversés, cailloux et autres réjouissances.




A propos de réjouissance, il nous reste la remontée au col de Pravouta, puis du Roc D’Arguille : la encore, super warrior ne veut rien entendre, on monte et pis c’est tout !

solei en arrivant au Bec D'Arguille

 

Arrivée au sommet du Roc d’Arguille, on est surpris par le soleil (on l’attendait plus) et nous attaquons la descente par la combe du Giclard (enfin si on la trouve car aprés 3m de descente on est à nouveau dans la purée..).

 

La descente, et quelle descente.
C’était effectivement bien la première sortie avec tout ce que cela sous entend : traditionnellement François (encore lui) nous concocte un parcours bien galère pour nos pov jambes encore couvertes d’huile bronzante et de grains de sable…
Donc, pas de sous-couche = cailloux, arbres cassés, branches, souches, racines sur  800m de D-.
Je vous raconte pas la suite mais les muscles et surtout les tendons ont bien couinés sur ce passage.
Sinon, avons débouchés sur la route à 300m de la voiture et là, on ne peut que féliciter François. Un tel tricotage dans un tel brouillard : bravo (un petit bravo aussi au gps qui nous a remis dans le droit chemin ( et il y avait du boulot…) à plusieurs reprises).
Bilan : une bonne première sortie qui fait du bien dans une Chartreuse qui nous semble plus propice à la randonnée pédestre, trail et autre raquette…

Dénivelé : +1700
Participants : François, Paulo
CR Skitour : ici
Quelques photos :
Fichiers kml : kml