Detecter les périphériques « removable »

Comment détecter les périphériques « removable » sur une bonne vieille distribution Linux (du genre clé usb ou autre disque amovible).
Cela peut-être utile dans un script afin de déployer « automagiquement » une application sur les disques fixes.
On va gratouiller le pseudo-système de fichiers /sys qui contient une arborescence de répertoires renfermant des information sur votre matériel (plus d’info sur /sys : ici )
Les quelques commandes « bash » ci-dessous renvoi une variable $HDS qui contient la liste des disques fixes :

 for file in /sys/block/sd*; do
     rem=$(cat $file/removable);
     if [[ $rem == 0 ]]; then
         HDS="$HDS $(basename $file)"
     fi
 done
 

PS : ces commandes peuvent être exécutées dans le .bashrc , par exemple, afin de définir une variable d’environnement $HDS.

ImageMagick

ImageMagick ou comment ne pas utiliser la Ferrari pour aller acheter son pain.
L’utilisation d’un logiciel de retouche d’image (l’excellent « The Gimp » par exemple) peut dans certains cas s’avérer particulièrement lourd pour une modification mineure sur nos belles photos. Je ne crois pas avoir « un ordinausaure » pourtant lorsque je lance Gimp, j’ai largement le temps de me faire un petit café (j’exagère à peine 😉 )  avant de pouvoir commencer à travailler.
De plus, si je veux changer la taille de plusieurs images….c’est plus compliqué.
Heureusement, ImageMagick est arrivé (sans se presser !) Lire la suite

WordPress balise more

WordPress balise more. Voici un problème rencontré sur mes articles : La balise <more> n’est pas utilisable dans une page statique sur wordpress. En fait, elle n’est pas interprétée 🙁
Pour régler ce soucis, il suffit de rajouter une variable globale « more » à chaque
chargement du contenu de vos pages : avec une petite pincée de php, on va remettre la balise dans le droit chemin… Lire la suite

Piwigo

piwigoJ’ai découvert hier un petit logiciel de galerie photo pour le web.
Après avoir bien galéré avec les lourdeurs de zenPhoto, gallery3 et coppermine (proposé par OVH) , piwigo s’installe sans problème en copiant simplement un fichier zip dans l’arborescence de votre domaine. Pour ma part, j’ai simplement déplacé tous mes fichiers (chez OVH) depuis les répertoires « zenphoto » vers mon répertoire « piwigo », un petit clic sur l’interface d’admin et hop, hop le site est créé ( bdd mis à jour et tout et  tout…).
Comme d’hab, vous aurez besoin du désormais célèbre couple <php/mysql> fournit par votre hébergeur préféré !
Le produit se personnalise très facilement ( gros éventail de thèmes et autres extensions).
Pour finir, Piwigo est libre et gratuit  Smile
Le site de Piwigo
Un exemple d’utilisation

Commande ncftp

ncftp
Connaissez vous la commande ncftp ?
Non…


Ces commandes permettent la lecture, le transfert (vers ou depuis) un site ftp en ligne de commande de façon plus évoluée que l’antique  ftp 🙂
Dans certains cas, le recours à la ligne de commande s’avère bien plus efficace que l’emploi de certains logiciels (filezilla ou autres).

[bash title= »Utilisation des commandes ncftp: »]
#
##avec l’option -R pour activer la récursivité
#lister (avec -R pour descendre dans les repertoires
$ncftpls -u user -p password -l [-R] ftp://monsiteFtp
#envoyer
$ncftpput -u user -p password -R serveurFTP /repDest  /repSource
#recuperer
$ncftpget -u user -p password ftp://monsitFtp /ficLocal /ficDest
#
[/bash]

N’oubliez pas ncftpbatch et ncftp qui pourront vous être utile.
Ps : sur Fedora, l’installation se fait grace au miraculeux « yum »
#yum install ncftp